Croix de chemins et de missions

L'église                                   Fours banals 

Croix de chemins

1 : Croix des sept chemins

2 : Croix de Labouré

3 : Croix de Rentières

p1050686-1.jpg

C’est en marchant sur les sentiers balisés de la commune qu’on les rencontre. Elles font partie du petit patrimoine et méritent d’être protégées et entretenues. Elles ont toutes une histoire, une raison d’être. Le premier rôle d'une croix est de christianiser un lieu. Les croix de chemins témoignent donc avant tout de la présence de l'Église.

Les carrefours ont toujours fait l'objet d'une attention particulière. Il y a, en effet, un symbolisme de la croisée des chemins, et autrefois les carrefours provoquaient ce que l'on nomme chez nous une "peur". De ce fait, la croix apporte protection au voyageur. Et sur nos plateaux, il faut leur attribuer aussi un rôle d'indicateur : quand le croisement est sous la neige, la croix continue d'indiquer sa position. ( cf. Cantal-Patrimoine’)

Croix de mission


LA CROIX DU PUY PEIROU ( D’après les recherches d’ Odette Brunhes )


Pour continuer notre observatoire des croix de la commune, regardons celle qui veille depuis 1984 sur le bourg de Badailhac : La Crotz del Puech Peirós (oc). ( Littéralement : la croix du Puy Pierreux).

Pour y accéder, il faut emprunter, derrière le cimetière, le petit chemin de terre qui conduit à la parcelle DUCHER sur laquelle est implantée la croix. De là-haut, à 1000 mètres d’altitude, c’est un panorama à 360 °, et à perte de vue, qui s’offre à nous. Un site remarquable.

Cette grande croix blanche, à l’origine, c’est la volonté d’un prêtre, Mr le Curé DRUO, qui avait alors la charge des paroisses de Polminhac et de Badailhac. Il a voulu que la croix de mission, la croix initiale plantée dans les années 50, rongée par le mauvais temps, soit remplacée. Et le projet se réalisa grâce à une action solidaire : le bois fourni par Antonin DAVAL de Pailhols ( Montcalvy), le travail de menuiserie d’Albert ROUCHET aidé de son frère, la pose avec l’élévateur de Jean IRLANDE … « On était une bonne équipe à participer à la pose » se souvient Pierre VERNY.